Pathologies :
 

 
 


OPHTALMOLOGIE  VETERINAIRE

Dr Lengellé Cloé
 

 
Pathologies : chien / chat

 
 

QUAND FAUT-IL CONSULTER UN VETERINAIRE OPHTALMOLOGUE?

Il ne faut jamais négliger un symptôme d'apparition brutale au niveau des yeux. Il y a des situations où il est urgent de consulter un vétérinaire ophtalmologue. Ainsi les symptômes suivants sont signes de douleur et probablement de lésion oculaire : œil fermé, clignement fréquent de l’œil, œil qui pleure anormalement, œil qui change d'aspect (œil rouge et/ ou bleuté), cécité brutale. La vitesse d’intervention est un critère majeur dans beaucoup de pathologies comme les ulcères, le glaucome, le décollement rétinien, etc.
Vous pouvez également consulter un vétérinaire ophtalmologue lors de pathologies chroniques ou pour un problème que votre vétérinaire généraliste n'arrive pas à résoudre : œil qui coule, pus dans les yeux, conjonctivite chronique, troubles visuels, etc.
Le vétérinaire ophtalmologue est également compétent et équipé pour toutes les chirurgies oculaires : anomalies des paupières (entropion, ectropion, cil ectopique,..), chirurgie des voies lacrymales, chirurgie de la membrane nictitante (luxation de la glande nictitante, éversion du cartilage), chirurgie de la cornée (ulcère, perforation, séquestre cornéen,...) et chirurgie du cristallin (luxation du cristallin, cataracte).
Le Dr Lengellé Cloé, vétérinaire ophtalmologue, consulte tous les jours sur RDV au Centre Vétérinaire Vetes. Elle effectue également des visites à domicile pour les chevaux. Vous pouvez la contacter au 0477/43.50.97 ou par mail cloe@veterinaire.ophtalmo.be.

LE DECOLLEMENT RETINIEN CHEZ LE CHIEN

Le décollement rétinien est une séparation de la neurorétine (contenant les photorécepteurs) de l'épithélium pigmentaire sous-jacent. Ce décollement entraine une perte progressive et irréversible des photorécepteurs. Si le décollement rétinien est complet et bilatéral, il entraine une cécité:le chien devient brutalement aveugle.
Les causes de décollement rétinien sont nombreuses: inflammatoire (conséquence d'une uvéite par ex.), suite d'une hypertension artérielle, traumatique, tumoral, etc.
Le diagnostic peut être posé par un examen du fond d'oeil ou par une échographie.
Chez le chien, le traitement est essentiellement médical(traitement de la cause) et le pronostic dépend de la précocité d'intervention.
Si votre chien devient brutalement aveugle, n'attendez pas pour consulter un vétérinaire ophtalmologue!

 

L'ULCERE CORNEEN CHEZ LE CHIEN ET LE CHAT

L'ulcère de la cornée est une perte de substance de la cornée. Cette « brèche » dans la cornée entraîne une inflammation aiguë qui va se manifester par de la douleur (œil fermé, larmoiement) et un écoulement séreux, muqueux ou purulent. Après quelques jours, un œdème ('l’œil devient bleu) et une vascularisation de la cornée peuvent apparaître. Le diagnostic d'un ulcère cornéen se fait par l'instillation d'une goutte de colorant sur la cornée, la fluorescéine : l'ulcère reste coloré en vert. Les ulcères superficiels doivent guérir très rapidement (7 jours maximum) avec un traitement adapté. Lorsqu'il n'y a pas de guérison après 1 semaine, il faut rechercher une cause sous-jacente ou opter pour un traitement chirurgical. En cas d'ulcère cornéen, consultez rapidement votre vétérinaire car un ulcère non-traité peut dégénérer rapidement. Si vous ne constatez pas de guérison après 1 semaine, consultez un vétérinaire ophtalmologue !

Large ulcère cornéen mis en évidence par la fluorescéine

MON CHIEN/CHAT A L'OEIL QUI PLEURE?!

Si votre chien/chat a l'œil ou les yeux qui pleur(ent), 2 situations peuvent être envisagées :
un défaut de drainage des larmes par les voies lacrymo-nasales. En effet, les larmes sont évacuées vers le nez ou la bouche par le canal lacrymal. Si celui-ci se bouche, les larmes vont « déborder » et s'écouler dans les poils.
Ce défaut de perméabilité peut être lié à une anomalie congénitale, un traumatisme, un corps étranger, une tumeur, une infection ou à une séquelle de coryza chez le chat.
Un excès de production de larmes secondaire à une affection douloureuse de la surface oculaire (ulcère, kératite, conjonctivite) ou à un frottement chronique (cils mal implantés ou malposition de la paupière).
Association des 2 : typique chez les petits chiens blancs ; un enroulement vers l'intérieur de la paupière inférieure (entropion inféro-médial) entraîne une malposition du point lacrymal et empêche ainsi l'écoulement normal des larmes.
Le diagnostic est établi par un examen complet de la surface oculaire ainsi que par un test de perméabilité des voies lacrymales à la fluorescéine.
Le traitement consiste à traiter la cause (correction malposition des paupières, ablation des cils mal implantés, traitement de l'infection,..) et à rétablir la perméabilité des voies lacrymales.

  

L'HYPERTENSION ARTERIELLE DU CHAT

L’hypertension artérielle est une maladie cardiovasculaire fréquente chez le chat âgé. L’hypertension peut causer des dommages au niveau rétinien (œdème, décollement, hémorragie) et rendre un chat brutalement aveugle. On peut parfois constater la présence de sang au niveau des yeux (hyphéma). L’âge moyen d’apparition est de 14 ans. L’hypertension peut être primaire (10 % des chats) ou secondaire à d’autres maladies comme l’insuffisance rénale, l’hyperthyroïdie, l’hyperaldostéronisme ou le diabète sucré. Le diagnostic de l’hypertension passe par la mesure de la tension artérielle, en général par la méthode Doppler. Le traitement n°1 de l’hypertension artérielle chez le chat est l’Amlodipine (inhibiteur des canaux calciques). Ce traitement doit être éventuellement associé à la prise en charge des maladies concomitantes. La détection précoce de l’hypertension est essentielle pour le pronostic visuel. En effet, avec un traitement adapté, le chat peut retrouver la vue !


 

LA KERATITE SUPERFICIELLE CHRONIQUE DU BERGER ALLEMAND

La kératite superficielle chronique du Berger Allemand, aussi appelée kératite pigmentaire du Berger Allemand ou pannus, est une kératite d'origine immunologique chronique. Elle est rencontrée essentiellement chez le Berger Allemand et les Bergers Belges mais elle peut atteindre également d'autres races de chien.
La kératite superficielle chronique du Berger Allemand atteint généralement des jeunes adultes en bonne santé. Les symptômes initiaux de la maladie sont une une inflammation de la cornée en zone inféro-latérale, parfois accompagnée d'une dépigmentation de la membrane nictitante. Ultérieurement, de la mélanine envahit la cornée et peut rendre la cornée complètement opaque après quelques années sans traitement. Le chien est alors aveugle.
La kératite superficielle chronique du Berger Allemand est aggravée par l'exposition aux UV et serait amplifiée à certaines périodes de l'année par le contact avec des allergènes aériens.
La kératite superficielle chronique du Berger Allemand peut être associée à d'autres maladies oculaires comme la blépharite du canthus interne (inflammation de la paupière), la kérato-conjonctivite sèche (insuffisance de larmes) ou le lupus discoïde (maladie dysimmunitaire).
Le traitement médical de la kératite superficielle chronique du Berger Allemand fait appel aux corticoïdes locaux, parfois associés à la ciclosporine. La thérapeutique doit être PERMANENTE.

LE SEQUESTRE CORNEEN FELIN

Le séquestre cornéen félin est une atteinte du stroma cornéen, caractérisé par une pigmentation brunâtre de la cornée. Cette maladie est considérée comme spécifique du chat. Certaines races de chat sont prédisposées : Persan, Himalayen, Birman et Siamois. Les symptômes apparaissent en général entre 2 et 7 ans.
La cause d'un séquestre cornéen ne sont pas encore bien établies mais semblent être liée aux pathologies suivantes : un traumatisme cornéen (ulcère), une irritation chronique (entropion), la kératite herpétique ou une anomalie du film lacrymal. Le séquestre serait donc une séquelle non-spécifique d'un dommage au stroma cornéen.
Les symptômes sont : une plaque marron-noirâtre, souvent localisée au centre de la cornée, parfois accompagnée d'un ulcère cornéen et une douleur oculaire +/- marquée.
Le traitement est chirurgical : kératectomie lamellaire (on enlève la « couche » de cornée atteinte) et greffe de biomatériau.


LES URGENCES OCULAIRES CHIRURGICALES

1) Plaies de la cornée :
Naturellement exposée aux contacts extérieurs, la cornée est le siège de multiples traumatismes : une griffure (attention aux chats!), une épine, une branche, un objet coupant... Heureusement, un œil ouvert ne se vide jamais complètement car la plaie est vite colmatée par de la fibrine (« colle » naturelle), très abondante chez les carnivores. Bien sûr, ce colmatage temporaire ne suffit pas à sauver l’œil ! La plaie doit être suturée rapidement pour éviter les complications infectieuses et inflammatoires : plus vite l’œil est réparé, plus le pronostic est favorable.
2) Ulcères cornéens profonds :
Un ulcère cornéen risque toujours d'évoluer vers une perforation si il est mal soigné. Un ulcère « simple » doit guérir en MAXIMUM 7 JOURS avec un traitement approprié (collyre antibiotique, acide hyaluronique). Si l'ulcère ne guérit pas ou s'aggrave, contacter rapidement un vétérinaire ophtalmologue.
3) Luxation du globe oculaire :
La luxation du globe oculaire est un prolapsus de l’œil en-dehors de l'orbite. Celui-ci peut survenir suite à un violent traumatisme (accident de la route, bataille, choc à la tête,...). Certaines races sont prédisposées : Pékinois, Shih-tzu, Lhassa-apso, Carlin, etc. La luxation du globe est rare chez le chat.
Quand le globe est expulsé, un œdème et un hématome s'installe dans l'orbite ce qui empêche la remise en place du globe. N'étant plus protégée par les paupières, la cornée se dessèche rapidement : il faut donc agir vite ! La réduction se fait obligatoirement sous anesthésie générale. Une fois le globe remis en place, les paupières sont suturées pendant 20 jours. Les complications fréquentes sont : la kérato-conjonctivite sèche (« œil sec »), le strabisme et la cécité par traumatisme du nerf optique.
En pratique, tout œil luxé dois être remis en place dans les 24h. Après 20 jours, il est possible d'évaluer les séquelles de la luxation et de mettre en place les soins appropriés.


Luxation du globe oculaire
 
Ulcère cornéen perforant

« LAGOPHTALMIE » CHEZ LE CHIEN (ANOMALIE DES PAUPIERES) :

Le mot « lagophtalmie » vient du grec et signifie « œil de lièvre ». Le lièvre étant un animal lagomorphe (comme le lapin) connu pour garder les yeux ouverts en dormant. Chez le chien, la lagophtalmie est une impossibilité de fermer complètement les paupières. Elle est fréquente chez les races de chiens possédant des yeux proéminents : Bouledogue français, Shih-tzu, Carlin, Pékinois, cavalier King Charles, Cocker Américain, etc. Les conséquences de cette mauvaise fermeture des paupières sont  l'ulcère cornéen et l'aggravation d'une sécheresse lacrymale (évaporation plus importante du film lacrymal). De plus, ces chiens sont prédisposés à la luxation du globe oculaire.
Le traitement consiste à réduire l'ouverture palpébrale par chirurgie.

LA CARENCE EN TAURINE CHEZ LE CHAT

La taurine est un dérivé d'acide aminé indispensable chez le chat qui joue un rôle important dans le fonctionnement des muscles, de la rétine et des cellules nerveuses. La carence en taurine peut engendrer une dégénérescence rétinienne irréversible menant à la cécité ainsi que des troubles cardiaques graves (cardiomyopathie dilatée).
Pourquoi ? Contrairement à d'autres espèces, la synthèse de la taurine par le foie est très faible chez le chat. De plus, le chat utilise la taurine dans le processus de formation de la bile : il existe donc une perte continue de taurine via les selles.
Comment l'éviter ? Chez le chat, la taurine doit être fournie par l'alimentation (source alimentaire : viande et produits animaux) et il ne faut donc jamais nourrir un chat avec des aliments pour chiens (qui ne sont pas enrichis en taurine) ou avec un régime végétarien ! Actuellement, tous les aliments industriels de bonne qualité pour chats contiennent suffisamment de taurine (l'aliment doit contenir au moins 1g de taurine par kg de matière sèche).
La bonne santé des yeux et du cœur de votre chat passe aussi par l'alimentation , pensez-y!

Lésion rétinienne causée par une carence en taurine
  

L'ANOMALIE DE L'OEIL DU COLLEY (AOC) :

L'anomalie de l’œil du Colley (AOC) est une malformation de la rétine et de la choroïde (tissu vascularisé présent sous la rétine). C'est une affection héréditaire et bilatérale (elle atteint les 2 yeux mais pas en même temps) qui atteint principalement les Colleys et races apparentées (Shetland Colley, Border Collie, Berger Australien,...) mais aussi les Retrievers et le Whippet. Contrairement aux idées reçues, le chien à robe merle n'est pas prédisposé.
L' anomalie de l’œil du Colley est classifiée en 4 stades (déterminés par l'examen du fond d’œil) :
Stade 1 : malformation de la rétine et de la choroïde (« tapetum lucidum » pas ou peu développé, vaisseaux choroïdiens visibles et d'aspect anormal). Pas de conséquence sur la vision.
Stade 2 : stade 1+ colobome du nerf optique (« fissure » dans le nerf optique lié à un mauvais développement embryonnaire). Pas de conséquence sur la vision.
Stade 3 : stade 2 + décollement rétinien. Peut entraîner la cécité si il est bilatéral.
Stade 4 : stade 3 + hémorragie dans le vitré (« gel » entre le cristallin et la rétine). Peut entraîner la cécité si il est bilatéral.
La prévalence de l' anomalie de l’œil du Colley est forte (30-40%), plus de 50% chez le shetland Colley ! La prévalence de la cécité est entre 3 et 10%. Il n'y aucun traitement.
L'anomalie de l’œil du Colley étant une maladie génétique, tous les chiens atteints doivent être écartés de la reproduction. Malheureusement, cette maladie est liée à plusieurs gènes, on peut donc pas l'éradiquer par un simple test génétique (même si une mutation sur le chromosome 37 a été mise en évidence chez certains chiens atteints). Il faut donc faire un examen du fond d’œil sur tous les chiots destinés à la reproduction. Idéalement, cet examen doit se faire avant 8 semaines car, ensuite, la pigmentation peut masquer les lésions !
Ensuite, ce examen doit être réalisé chaque année par un vétérinaire spécialisé en ophtalmologie.


LES DERMOIDES

Le dermoïde est une affection congénitale (présente à la naissance). Le dermoïde est une présence de tissu normal (de la peau dans ce cas) à une localisation anormale. L'affection est quasiment toujours unilatérale et peut être localisée au niveau des paupières, des conjonctives ou de la cornée. Il existe une prédisposition génétique dans les races suivantes : Dalmatien, St-Bernard , Berger Allemand et Teckel. Le traitement est chirurgical (ablation du dermoïde) pour éviter le frottement des poils sur la cornée.

 

L'ENUCLEATION

L'ENUCLEATION :

L'énucléation (opération qui consiste à retirer l’œil de l'animal) est parfois nécessaire lorsque l’œil de l'animal est douloureux malgré le traitement médical ou chirurgical ou lorsque qu'il est impossible de sauver l’œil (perforation, tumeur). Faire ce choix est une décision difficile à prendre mais il faut bien comprendre qu'après cette chirurgie, votre animal n'aura plus aucune douleur et pourra vivre tout à fait normalement.

L'EPISCLERITE DU CHIEN

L'EPISCLERITE CHEZ LE CHIEN :

L'épisclérite du chien est une inflammation des tissus épiscléraux et conjonctivaux adjacents à la cornée. Elle se manifeste par une rougeur oculaire (« œil rouge ») et,parfois, par une opacification de la cornée (tache blanche sur l’œil).
Il existe 2 formes d'épisclérite chez le chien : forme nodulaire (plus fréquente chez les Colleys) et une forme diffuse.
La cause de cette maladie reste inconnue. Un trouble dysimmunitaire est fortement suspecté.
Le traitement médical consiste en l'application locale de corticoïdes et/ou de cyclosporine. Néanmoins, un traitement par voie orale est souvent nécessaire pour contrôler l'inflammation
L'ablation chirurgicale est indiquée pour les formes nodulaires ne répondant pas au traitement médical.

LA LUXATION DU CRISTALLIN CHEZ LE CHIEN ET LE CHAT :

La luxation du cristallin est un déplacement du cristallin vers l'avant (luxation antérieure) ou vers l'arrière (luxation postérieure), suite à la rupture des fibres qui le maintiennent en place (« zonule de Zinn »).
La luxation primaire ( liée à la mauvaise qualité des fibres qui maintiennent le cristallin) héréditaire est la forme la plus fréquente chez le chien, notamment chez les chiens de race Terriers qui sont prédisposés.
Races canines à risque de luxation primaire du cristallin :

Border Collie
Bouvier Australien
Chien chinois Ă  crĂŞte
Chihuahua
Corgi
Elkhound Norvégien
Epagneul Breton
Greyhound, Whippet
Griffon Fauve de Bretagne
Griffon Vendéen
Husky
Pointer
Setter Irlandais
Shar-PeĂŻ
Spitz italien
Terrier Tibétain

Un test génétique (test ADAMTS 17) est disponible pour les races citées ci-dessus.

La luxation peut aussi être secondaire à une inflammation de l’œil (qui va entraîner une destruction des fibres qui maintiennent le cristallin) ou à un traumatisme. C'est la forme la plus fréquente chez le chat.
L'inflammation provoquée par la luxation du cristallin risque de provoquer un glaucome (élévation de la pression intra-oculaire), surtout lors de luxation antérieure. Il s'agit donc d'une urgence médicale et chirurgicale.
Le traitement médical d'urgence consiste à réduire l'inflammation et à diminuer la pression intra-oculaire. Le traitement est ensuite chirurgical pour la luxation antérieure (retrait du cristallin) et médical pour la luxation postérieure. Le pronostic visuel est toujours réservé (risque de glaucome secondaire ou de décollement rétinien).

L'HERPES VIROSE DU CHAT (composante du "coryza" du chat)

L'infection primaire par l'herpès virus touche principalement les chatons et provoque une conjonctivite aiguë bilatérale (conjonctives rouges, écoulement brun caractéristique), une kératite (présence d'ulcères cornéens) et une rhinite aiguë (éternuements). Cette affection peut guérir spontanément en 10 à 14 jours ou persister et provoquer de nombreuses complications : surinfection des ulcères cornéens, adhérences entre la conjonctive et la cornée (« symblépharon »), sténose (fermeture) des points lacrymaux (entraînant un larmoiement chronique), insuffisance lacrymale, etc.
80 % de ces chatons infectés vont rester porteurs du virus toute leur vie et 50% d'entre eux vont manifester de nouveau la maladie virale suite à un stress (changement de propriétaire, déménagement, autre maladie,...). Si l'infection n'est pas traitée, elle peut devenir chronique avec aggravation des signes cliniques (kératite profonde pouvant entraîner la cécité).
Les chats atteints sont contagieux pour les autres chats uniquement dans la phase aiguë de la maladie, il convient donc d'isoler les chats présentant des signes cliniques.
Le traitement des symptômes oculaires passe par l'utilisation locale d'un anti-viral et d'un antibiotique. Les formes les plus graves peuvent nécessiter l'utilisation d'un anti-viral par voie orale.
Malgré ces traitements, le chat restera toujours porteur du virus et il faudra le traiter à chaque crise pour éviter les complications. Un traitement préventif à base de lysine (acide aminé qui perturbe la multiplication du virus) peut également être mis en place pour espacer les crises et les rendre moins sévères.

LE MELANOME DE L'IRIS

Les mélanomes de l'iris sont les tumeurs intra-oculaires les plus fréquentes chez le chien et le chat.
Ils se manifestent par une pigmentation diffuse (l'iris devient plus foncé) ou localisé (apparition d'une tache noire sur l'iris). Mais certains animaux développent des taches pigmentées sur l'iris avec l'âge : c'est la mélanose de l'iris qui est totalement bénigne ! Le diagnostic de mélanome se fera donc par un examen oculaire complet et détaillé : examen du relief de la masse et de son extension (échographie, examen de l'angle irido-cornéen, mesure de la pression intra-oculaire). En cas de doute, un suivi régulier doit être effectué.
Les mélanomes de l'iris sont beaucoup plus agressifs chez le chat (métastases dans plus de 50 % des cas) que chez le chien (métastases dans 5% des cas). Ils mènent à la cécité dans tous les cas (glaucome secondaire). Chez le chien, une tumeur précoce peut encore être traitée localement au laser afin de réduire sa taille et de ralentir sa croissance. Chez le chat, vu le risque de métastases et donc de mortalité, l'énucléation (ablation de l’œil) rapide est le seul traitement valable.


L'ULCERE CHRONIQUE SUPERFICIEL OU ULCERE INDOLENT

L'ulcère chronique superficiel ou « ulcère indolent » est lié à un défaut de la membrane basale de l'épithélium cornéen. L'épithélium a alors tendance à se décoller de la cornée dès que celle-ci subit un micro-traumatisme. Les ulcères indolents surviennent plutôt chez des chiens âgés,
et sont préférentiellement observés dans certaines races (Boxer, Bouledogue français, Carlin
notamment). Chez le chat, les ulcères indolents sont souvent liés à une infection récurrente par le virus de l'herpès. Les ulcères indolents ne guérissent pas avec un traitement médical classique. Leur guérison nécessite d’enlever, à l’aide d’une petite fraise chirurgicale (« diamond burr ») et sous anesthésie locale, l’épithélium cornéen décollé qui entoure l’ulcère. Cette désépithélialisation est complétée (sauf chez le chat) par la réalisation de ponctuations faites avec la pointe d’une aiguille (kératotomie)et qui ont pour objet de faciliter l’adhérence de l’épithélium nouvellement formé avec la cornée. Cette intervention peut être complétée par un recouvrement de la cornée par la membrane nictitante (pansement naturel). La cicatrisation est obtenue dans la grande majorité des cas avec une seule intervention.

LA RETINO-CHOROIDITE CHEZ LE CHIEN ET LE CHAT

La rétino-choroïdite est un processus inflammatoire affectant conjointement la rétine et la choroïde. Elle peut avoir une origine infectieuse (PIF, leptospirose, ehrlichiose, toxoplasmose,...) ou iatrogène (réaction à un médicament ou à un toxique). Dans la plupart des cas, les lésions ne s'accompagnent d'aucun déficit visuel et ne sont donc pas détectées par le propriétaire de l'animal.. La découverte de lésions cicatrisés de rétino-choroïdite est donc souvent fortuite au cours d'un examen ophtalmologique de routine. Ce sont des lésions rondes hyper-réfléchissantes dont le centre peut se pigmenter secondairement.

LA CONJONCTIVITE

La conjonctivite est une inflammation de la conjonctive. Il est important d'en déterminer la cause.
Elle peut être causée par une irritation (poussières, vent, frottement répétés,...), par une allergie, par une maladie inflammatoire ou par des agents infectieux (virus, bactéries, parasites).
Il est important de déterminer la cause de la conjonctivite pour bien soigner votre animal.
Le traitement consiste en l'administration régulière de collyre. Le type de collyre utilisé dépendra de la cause de la conjonctivite.


 

L'ULCERE CORNEEN


L'ulcère de la cornée est une perte de substance +/- profonde de la cornée. Cette affection est très fréquente chez les animaux.
Les symptômes d'un ulcère cornéen sont : un œil rouge et douloureux (l'animal tient souvent son œil fermé) et parfois, un aspect blanc/bleuté de la cornée.
L'ulcère de la cornée nécessite une consultation relativement urgente car celui-ci peut s'aggraver très vite et aboutir à une perforation de l’œil !
Un ulcère non-compliqué doit cicatriser en 4-5 jours avec un traitement local antibiotique et/ou cicatrisant. Si un ulcère n'est pas cicatrisé après 5 jours, vous devez absolument consulter un ophtalmologue afin d'en déterminer la cause.
Certains ulcères (ulcères « à bords décollés », ulcères profonds) nécessitent un traitement chirurgical (débridement, greffe,...).
Une cicatrisation de bonne qualité permet de retrouver une cornée transparente et de préserver ainsi la vision.
 
Ulcère cornéen mis en évidence par un test à la fluorescéine

L'ATROPHIE PROGRESSIVE DE LA RETINE (PRA):

L'atrophie progressive de la rétine (ou « PRA » pour Progressive Retinal Atrophy) est une maladie héréditaire qui cause une dégénérescence progressive de la rétine. Cette maladie est toujours bilatérale (elle atteint les 2 yeux).
La vision décline progressivement (d'abord dans l'obscurité) et le chien peut devenir aveugle en fin d'évolution (entre 6 mois et 10 ans selon les races).
En fin d'évolution, l'atrophie progressive de la rétine peut être accompagnée d'une cataracte.
Il existe plusieurs formes d'atrophie progressive de la rétine, la plus répandue étant la « dégénérescence progressive des bâtonnets et des cônes » (progressive rod cone degeneration) ou prcd-PRA. Les races les plus atteintes par cette maladie sont les Caniches nains et toys, les Cockers anglais et américain, ainsi que le Labrador.
Les premiers signes de la maladie peuvent être détectés par un vétérinaire ophtalmologue à un âge moyen (entre 2 et 6 ans).
Il n'existe malheureusement pas de traitement. Les chiens atteints doivent ĂŞtre exclus de la reproduction.
Dans plusieurs races, cette maladie peut être détectée grâce à un test génétique :
http://www.antagene.com/fr/sante/test-genetique?title_test=apr&title_race=&=Appliquer/
http://www.optigen.com/opt9_test_prcd_pra.html/


LE GLAUCOME

Le glaucome est une affection caractérisée par une élévation de la pression intra-oculaire.
Les symptômes du glaucome sont : une baisse de la vision, un œil rouge et douloureux, une mydriase (la pupille apparaît plus grande), un œdème de la cornée (aspect blanc/bleuté) et/ou augmentation de la taille du globe oculaire .
Le glaucome peut être primaire (génétique) ou secondaire (à une uvéite, à un traumatisme, à une luxation du cristallin ou à une tumeur de l’œil).
La confirmation du diagnostic du glaucome se fait grâce à un tonomètre (mesure de la pression intra-oculaire).
Le traitement peut être médical ou chirurgical mais le pronostic visuel est toujours réservé.
L'énucléation (ablation du globe oculaire) peut être conseillée si la vision n'est pas préservée afin de supprimer la douleur et d'augmenter le confort de l'animal.


 

L'ENTROPION


L'entropion est un enroulement vers l'intérieur du bord libre de la paupière.
Celui-ci entraîne une irritation de la cornée (œil larmoyant, douleur). Cette irritation peut causer des ulcères de la cornée et/ou une kératite (la cornée prend un aspect bleuté).
Certaines races de chiens, comme le Shar-Peï, sont prédisposées. L'entropion se rencontre également chez le chat.
Le traitement de l'entropion est chirurgical.
 

LA KERATO-CONJONCTIVITE SECHE (KCS)


La Kérato-Conjonctivite Sèche (KCS) est causée par une insuffisance lacrymale (diminution de la sécrétion des larmes).
La KCS est souvent d'origine dysimmunitaire (infiltration de cellules anormales dans les glandes lacrymales). La cause exacte est encore inconnue à ce jour mais certaines races sont prédisposées (Cocker, Cavalier King Charles, Shih-Tzu, Carlin, Bouledogues, Yorkshire).
L'insuffisance de larmes entraîne de la douleur, un œil rouge, des sécrétions muqueuses importantes et une kératite (inflammation de la cornée). A long terme, on peut voir apparaître des vaisseaux sanguins et des pigments noirs sur la cornée.
Le diagnostic de la KCS se fait grâce au test de Schirmer (mesure de la sécrétion lacrymale).
Le traitement consiste à ré-humidifier l’œil (larmes artificielles) et à stimuler la production de larmes grâce à un traitement local spécifique (cyclosporine).
 

LA CATARACTE

La cataracte est une opacification du cristallin, un cristallin normal Ă©tant totalement transparent.
Cela provoque une cécité partielle ou totale (l'animal devient aveugle).
Il ne faut pas confondre la cataracte avec un vieillissement normal du cristallin (appelé « sclérose du cristallin ») qui apparaît vers 8-10 ans. Le cristallin prend alors un aspect gris bleuté mais la vision n'est pas altérée.
La cataracte peut ĂŞtre d'origine :
Héréditaire (génétique) : décrite dans 93 races de chiens, elle touche les chiens entre 3 et 8 ans.
Diabétique : la cataracte est provoquée par l'excès de glucose dans le sang. Elle atteint 75% des chiens diabétiques !
Traumatique : consécutive à une plaie perforante de la cornée (griffe de chat, par exemple).
Congénitale : présente à la naissance, elle est liée à un défaut de développement embryonnaire.
Inflammatoire : secondaire à une uvéite.
Le traitement de la cataracte est uniquement chirurgical et permet Ă  l'animal de retrouver une bonne fonction visuelle.


 

L'UVEITE

L'uvéite est une inflammation de la tunique vasculaire de l’œil (structure interne de l’œil).
Les uvéites peuvent être causées par un traumatisme, une infection, une maladie auto-immune ou une tumeur mais la plupart des uvéites sont « idiopathiques » (d'origine inconnue ).
Les symptômes de l'uvéite sont douleur et rougeur oculaire, myosis (la pupille apparaît plus petite) et parfois, des dépôts blancs ou hémorragiques dans la chambre antérieure (l’œil n'est plus transparent).
Le traitement de l'uvéite est médical. Il doit être rapide et long car l'uvéite peut entraîner de nombreuses complications comme le glaucome, l’œdème de la cornée ou la cataracte.


 

LA LUXATION DE LA GLANDE NICTITANTE


La glande nictitante est une glande lacrymale située sur la face postérieure de la membrane nictitante (située au coin interne de l’œil, aussi appelée « troisième paupière »).
Lorsque cette glande se luxe, elle apparaît comme une masse ronde et rouge au coin interne de l’œil (on parle aussi de « cherry eye »).
Le traitement est chirurgical et consiste à remettre la glande en place à la base de la membrane nictitante. Son ablation est fortement déconseillée car cette glande possède un rôle important dans la sécrétion des larmes.
 

MON CHIEN/ MON CHAT EST AVEUGLE, QUE FAIRE?

La première étape consiste à déterminer la cause de la cécité de votre chien/chat. En effet, les causes de cécité sont nombreuses et nécessitent un examen ophtalmologique minutieux.
Chez les animaux, la cécité peut être provoquée par une perte de transparence des différents milieux oculaires (œdème de la cornée, dépôts dans la chambre antérieure, cataracte, hémorragie du vitré), par un glaucome, par une perte de la fonction de la rétinienne (décollement rétinien, atrophie rétinienne progressive, Sudden Acquired Retinal Degeneration ou SARD chez le chien), par une inflammation du nerf optique (névrite optique) ou par une atteinte du système nerveux central.
Le traitement dépendra de la cause. Il est donc important de réaliser rapidement un diagnostic chez un ophtalmologue vétérinaire afin de mettre en place un traitement éventuel.






 
     
© 2018 Cloé Lengellé