Pathologies :
 

 
 


OPHTALMOLOGIE  VETERINAIRE

Dr Lengellé Cloé
 

 
Pathologies : NAC

 
 

LA MEMBRANE CONJONCTIVALE EPICORNEENNE CHEZ LE LAPIN

La membrane conjonctivale épicornéenne est une extension de la conjonctive bulbaire recouvrant une partie ou la totalité de la cornée. De ce fait, une « peau » semble recouvrir l’œil du lapin. Contrairement au ptérygion chez l'homme, la membrane conjonctivale n'est pas adhérente à la cornée. La cause de cette maladie n'est pas connue.
Le traitement proposé est uniquement chirurgical. Mais attention, une résection simple de la membrane mène directement à la récidive. La membrane doit être découpée en plusieurs quadrants, repliée sur elle-même et suturée au limbe cornéen (sous microscope opératoire). Ensuite, un traitement local est appliqué pendant plusieurs mois pour éviter la récidive.

ABCES PRECORNEEN BILATERAL CHEZ UN SERPENTEAU (BOA) :

L'abcès pré-cornéen est l'affection oculaire la plus fréquente chez les serpents.
Chez les serpents, les paupières sont remplacées par le lunette qui est transparente (et qui est remplacée à chaque mue).
L'abcès pré-cornéen est caractérisée par une accumulation de pus entre la lunette et la cornée. Il est généralement associé à une obstruction du canal lacrymal ou à un processus infectieux.
Ce jeune Boa était atteint d'une stomatite (infection buccale) qui a causée les abcès pré-cornéens.
Le traitement est chirurgical. La lunette a été incisée sur la moitié inférieure de sa circonférence (sous microscope opératoire) puis l'espace pré-cornéen a été rincé avec une solution antiseptique.
Ensuite, un traitement médical est mis en place : application d'un collyre antibiotique et administration d'un antibiotique par voie générale.
La guérison est lente, de 2 à 3 mois en général.

Induction de l'anesthésie et intubation du serpenteau:


 
incision de la lunette et rinçage de l'espace pré-cornéen:


L'OEIL DES OISEAUX

LE SAVIEZ-VOUS ?

Les oiseaux ont les yeux les plus performants du monde animal. Chez l'oiseau, l’œil est très volumineux (souvent plus lourd que le cerveau!). Le cristallin est particulièrement développé chez les prédateurs diurnes et assure l’accommodation par sa déformation.
Le fond d'œil est muni d'un « pecten », réseau capillaire dense qui permettrait d'approvisionner la rétine en éléments nutritifs. La rétine est toujours munie d'une fovéa (zone de la rétine où la vision des détails est la plus précise) centrale et souvent d'une deuxième fovéa temporale. Les mouvements des yeux sont indépendants et l'acuité visuelle est remarquable !

LA CONJONCTIVITE DU LAPIN

La conjonctivite est une une inflammation des conjonctives. Un écoulement, clair ou purulent, est généralement associé. Il s’agit de l’affection oculaire la plus fréquente chez le lapin.
Les causes de conjonctivite chez le lapin peuvent ĂŞtre :
infectieuses : infection bactérienne (pasteurellose, staphylocoque,...) ou virale (myxomatose).
Allergique (courants d'air, litière inappropriée).
Une dacryocystite (inflammation du canal lacrymal causée par une infection dentaire).
Il est donc très important de déterminer rapidement la cause de la conjonctive afin de mettre en place un traitement efficace.

LA CHROMODACCRYORRHEE OU « LARMES DE SANG » CHEZ LE RAT :


La chromodaccryorrhée est une pigmentation rouge-brune des larmes due à des porphyrines (sécrétées par la glande de Harder).
Ce n'est donc pas du sang qui s'écoule de l’œil.
L'excrétion de ces porphyrines est plus importante lors d'un stress (stress lié à l'environnement, douleur) ou d'une irritation oculaire (conjonctivite, glaucome, abcès).
La chromodaccryorrhée est donc un signe clinique non-spécifique qui doit vous inciter à consulter.
 

L'UVEITE CAUSEE PAR L' ENCEPHALITOZOONOSE CHEZ LE LAPIN

Encephalitozoon cuniculi (E.Cuniculi) est un parasite du lapin (80% des lapins sains seraient porteurs du parasite!) qui peut atteindre le système nerveux, le foie, les reins et les yeux des lapins.
Les animaux se contaminent par voie buccale, nasale ou trans-placentaire.
Les symptômes les plus fréquents sont le syndrome vestibulaire (« torticolis ») et l'uvéite.
L'uvéite est une inflammation de la tunique vasculaire de l’œil (structure interne de l’œil).
Les symptômes de l'uvéite causée par E.cuniculi sont : douleur et rougeur oculaire et éventuellement des dépôts blancs ou hémorragiques dans la chambre antérieure (l’œil n'est plus transparent). Secondairement, une cataracte peut également apparaître.
Le diagnostic se fait par sérologie mais le test n'est pas disponible en Belgique pour le moment.
Un traitement à base de benzimidazoles existe et doit être rapidement mis en place. Le traitement dure minimum un mois. Malheureusement, l'éradication du parasite ne permet pas de réparer les dommages qu'il a causé.


OPHTALMOLOGIE DU SERPENT


Les yeux des serpents sont bien développés et situés en position latérale. Le serpent n'a pas de paupières. Celles-ci ont fusionnées pour former la « lunette » qui est transparente. La lunette est remplacée à chaque mue.
L'acuité visuelle des serpents est variable selon les espèces.
L'affection oculaire la plus fréquente est l'abcès pré-cornéen. Cette affection est une accumulation de pus entre la lunette et la cornée suite à l'obstruction du canal lacrymal. Le traitement est chirurgical et la guérison est lente.
 






 
     
© 2018 Cloé Lengellé