Pathologies :
 

 
 


OPHTALMOLOGIE  VETERINAIRE

Dr Lengellé Cloé
 

 
Pathologies : cheval

 
 

  

L'UVEITE EQUINE RECIDIVANTE

L'uvéite est une inflammation de la tunique vasculaire de l’œil (structure interne de l’œil). L'uvéite est fréquente chez le cheval et est la première cause de cécité dans cette espèce.
Chez le cheval, les uvéites récidivent fréquemment, on parle alors d'Uvéite Équine Récidivante (URE) aussi connue sous le terme de « fluxion périodique. Ces récidives augmentent malheureusement le risque de complications (glaucome, œdème de la cornée, cataracte).
Certaines races comme l'Apaloosa ou les chevaux de traits sont prédisposés.
Les symptômes de l'uvéite sont douleur et rougeur oculaire, myosis (la pupille apparaît plus petite) et parfois, des dépôts blancs ou hémorragiques dans la chambre antérieure (l’œil n'est plus transparent).
Les uvéites peuvent être causées par un traumatisme, une infection (leptospirose, gourme, grippe, rhino-pneumonie) une maladie auto-immune ou une tumeur mais la plupart des uvéites sont « idiopathiques » (d'origine inconnue ). La leptospirose prédisposerait le cheval à la récidive de l'uvéite.
Le traitement est médical et il doit être rapide et long.
En cas d'URE, le pronostic est mauvais (cécité totale chez 20% des sujets après 1 an d'évolution).


L'ULCERE CORNEEN CHEZ LE CHEVAL

L'épaisseur de la cornée chez le cheval est de +/- 1 mm d'épaisseur. Elle est constituée de 4 couches, de la superficie vers la profondeur :
L'épithélium cornéen : ses cellules sont jointives pour éviter que l'eau des larmes ne pénètre dans le stroma.
Le stroma cornéen : représente 90% de l'épaisseur totale de la cornée. Il est constitué essentiellement de collagène.
La membrane de Descemet : membrane élastique qui constitue la membrane basale de l'endothélium.
L'endothélium : couche unicellulaire qui empêche l'entrée d'eau dans le stroma par un système de pompes.

Toute entrée d'eau (par effraction de l'épithélium ou par une lésion endothéliale) dans le stroma entraîne un œdème cornéen et une perte de transparence.

Un ulcère cornéen peut atteindre les différentes couches de la cornée, l'ulcère étant d'autant plus grave que l'atteinte est profonde.
Une lésion de l'épithélium cornéen va permettre aux bactéries et/ou aux champignons d'adhérer à la cornée et d'initier une infection. Ces bactéries et/ou champignons sont capables de produire des « collagénases » (enzymes qui détruisent rapidement la cornée) et entraîner un ulcère profond voire une perforation de la cornée.

C'est pourquoi un ulcère chez le cheval est TOUJOURS une URGENCE !

Si votre cheval présente de la douleur oculaire, un blépharospasme (il tient son œil fermé), un écoulement séreux ou purulent, un œdème de la cornée (l’œil prend une teinte bleutée/grisâtre) ou une photophobie (réaction violente lors de l'exposition à la lumière), contactez rapidement un vétérinaire ophtalmologue qui réalisera les examens suivants :
Prélèvement pour un examen bactériologique ET fongique sous anesthésie locale.
Instillation d'un colorant pour visualiser l'ulcère et évaluer sa profondeur.
Caractérisation de l'ulcère : superficiel, indolent, stromal (superficiel ou profond) ou perforant. Ceci permet de déterminer le traitement et le pronostic.
Détection de signes d'uvéite antérieure, quasi toujours associés aux ulcères cornéens chez le cheval, qui nécessite un traitement par voie systémique.
Le traitement médical de l'ulcère est un traitement intensif qui nécessite souvent la pose d'un cathéter sub-palpébral (système connecté à l’œil qui permet d'administrer les collyres à distance). Certains ulcères nécessitent un traitement chirurgical (flap conjonctival , greffe de biomatériau).

Cathéter sub-palbébral
  

LES KERATITES DYSIMMUNITAIRES DU CHEVAL

La kératite est une inflammation de la cornée, dysimmunitaire signifiant qu'elle est liée à une réaction immunitaire de l'animal.
Chez le cheval, ce sont des kératites sans ulcères qui peuvent se présenter sous différentes formes selon la couche cornéenne atteinte (épithéliale, stromale ou endothéliale). L'aspect clinique d'une kératite dysimmunitaire est la présence d'une plage opalescente sur la cornée et des signes d'inconfort oculaire. Les signes de douleur oculaire sont généralement modérés.
Le traitement de ces kératites est une thérapeutique immunosuppressive (corticoïdes et/ou cyclosporine) locale et prolongée.
Vu la difficulté à administrer un traitement local de façon prolongée chez le cheval, l'utilisation d'un système de libération prolongée de ciclosporine, sous forme d'implants, a été développée.
La pose de ces implants se fait sous anesthésie locale (cheval debout et sédaté) et leur durée d'action est de 12-18 mois. La kératite dysimmunitaire épithéliale et la kératite dysimmunitaire endothéliale répondent très bien à ce traitement. En revanche, la kératite stromale récurrente n'est malheureusement pas contrôlée par ce traitement.

LA CONJONCTIVITE DU CHEVAL

La conjonctivite du cheval peut être bactérienne, virale, parasitaire ou allergique.
Les symptômes sont des conjonctives rouges, voire gonflées et un écoulement muco-purulent.
Les conjonctivites bactériennes et parasitaires sont particulièrement fréquentes en été car la propagation des germes et/ou des parasites est facilitée par la présence des mouches. Il est donc important de bien protéger les yeux avec un masque filet bien ajusté (évitez le frontal anti-mouches en coton qui est peu efficace et souvent source de contamination!) et de nettoyer les yeux régulièrement avec du sérum physiologique.
La conjonctivite du cheval se traite avec un collyre adapté, après avoir déterminé la cause de celle-ci.

L'ENTROPION DU POULAIN

L'entropion du poulain est une affection congénitale (présente à la naissance). L'entropion est un enroulement de la paupière vers l'intérieur. Cela induit un frottement sur la cornée. De ce fait, l’œil pleure en permanence. Le traitement de l'entropion du poulain est chirurgical : il consiste à poser des fils de traction sous tranquillisation et anesthésie locale. Les fils sont laissés en place pendant 15 jours afin de repositionner correctement le bord palpébral.

LE CARCINOME EPIDERMOIDE CHEZ LE CHEVAL

Le carcinome épidermoïde (ou carcinome à cellules squameuses) est la tumeur oculaire la plus fréquente chez le cheval. L'incidence de cette tumeur est plus élevée chez les chevaux dépigmentés au niveau des yeux (Apaloosa, Paint horse) et chez les chevaux de trait. L'exposition au soleil augmente l'incidence du carcinome épidermoïde.
L'âge moyen d'apparition du carcinome épidermoïde chez le cheval est entre 9 et 13 ans.
La localisation la plus fréquente est la membrane nictitante (« troisième paupière ») ou l'angle médial de l’œil. Les métastases sont rares mais l'extension locale (sur la cornée, les conjonctives ou les paupières) est fréquente.
Le traitement est chirurgical et peut être accompagné d'autres thérapies (cryothérapie, collyre anti-mitotique). Malgré le traitement, on observe une récidive dans 30 à 40 % des cas.



LE MELANOME DE L'IRIS

Le mélanome de l'iris chez le cheval se présente comme une masse pigmentée dans la chambre antérieure (à l'intérieur de l’œil). Il atteint plutôt des chevaux d'âge moyen (entre 5 et 10 ans) de robe claire.
Initialement, il n'y a pas de signes de douleur et d'inflammation oculaire chez le cheval. Quand le mélanome de l'iris devient plus gros, il peut provoquer un œdème cornéen (la cornée prend un aspect bleuté) ou un glaucome (l’œil devient alors rouge et douloureux) par envahissement de l'angle irido-cornéen.
Lorsque le mélanome est encore localisé, il peut éventuellement être traité par laser diode. Malheureusement, à un stade plus avancé, l’œil doit souvent être enlevé pour supprimer la douleur.

MASQUE DE PROTECTION OCULAIRE CHEZ LE CHEVAL

Après une intervention chirurgicale au niveau des paupières ou de la cornée chez le cheval, il est essentiel de protéger l’œil atteint pour éviter que le cheval ne frotte son œil. Ce masque protégera également l’œil des agressions extérieures (mouches, poussières,...) .
La coque de protection se ferme grâce à des velcros et permet un accès facile à l’œil du cheval pour l'administration de collyres.
Il peut être commandé sur internet et coûte +/- 80 euros (http://www.cheval-energy.com/fr/materiel-specifique-cheval/672-masque-protege-oeil-equivet.html#/modle-oeil_gauche/taille-extra_large)


LES PLAIES DE LA CORNEE

Les traumatismes de la cornée sont fréquents chez le cheval du fait de la position et de la taille des globes oculaires (transport, coup d'un autre cheval, morceau de bois...). Les plaies de la cornée sont associées à des signes de douleur oculaire très marqués et le cheval se laisse rarement examiner sans sédation. Les symptômes que l'on peut observer sont : paupières gonflées, conjonctive très rouge et gonflée, perte de transparence de la cornée à l'endroit du choc (la cornée apparaît bleue ou blanchâtre).
Dans ce cas, il faut agir vite car les plaies de la cornée sont très souvent associées à une uvéite ou à une perforation ! L'uvéite peut se traiter médicalement mais, en cas de perforation, une chirurgie urgente (suture ou greffe) est indispensable.
Si le traitement n'est pas appliqué rapidement, cela peut mener à l'endophtalmie (infection de l'ensemble du contenu de l’œil), qui nécessite alors une énucléation de l’œil.




 



 


 


 
 
     
© 2018 Cloé Lengellé