Pathologies :
 

 
 


OPHTALMOLOGIE  VETERINAIRE

Dr Lengellé Cloé
 

 
Actualités

 
 

MISE EN PLACE D'UN IMPLANT DE CICLOSPORINE SUPRA-CHOROIDAL POUR LE TRAITEMENT DE L'UVEITE EQUINE RECIDIVANTE

L'uvéite est une inflammation de la tunique vasculaire de l’œil (structure interne de l’œil). L'uvéite est fréquente chez le cheval et est la première cause de cécité dans cette espèce. 
Chez le cheval, les uvéites récidivent fréquemment, on parle alors d'Uvéite Équine Récidivante (URE) aussi connue sous le terme de « fluxion périodique. Ces récidives augmentent malheureusement le risque de complications (glaucome, œdème de la cornée, cataracte). 
Certaines races comme l'Apaloosa ou les chevaux de traits sont prédisposés. 
Les symptômes de l'uvéite sont douleur et rougeur oculaire, myosis (la pupille apparaît plus petite) et parfois, des dépôts blancs ou hémorragiques dans la chambre antérieure (l’œil n'est plus transparent). La leptospirose prédisposerait le cheval à la récidive de l'uvéite. 
En cas d'URE, le pronostic est mauvais (cécité totale chez 20% des sujets après 1 an d'évolution). 
Une nouvelle technique permet d’éviter les récidives : la mise en place d’un implant de ciclosporine suprachoroïdal. Cet implant est actif pour une durée moyenne de 4 ans et permet d’éviter la répétition des crises et donc l’évolution vers la cécité. Il s’agit d’un acte chirurgical effectué sous anesthésie générale. Pour pouvoir bénéficier de cette technique, le cheval doit présenter les critères suivants : être atteint d’URE (2-3 crises répétitives d’uvéite), ne pas être aveugle au moment du diagnostic, ne pas présenter de glaucome ni de cataracte. Cette technique très prometteuse permet de préserver la vision du cheval dans 96% des cas.

 

COMMENT TESTER LA VISION DE VOTRE ANIMAL?

Il existe différents tests qui permettent d’évaluer la vision de votre animal :
Test de clignement à la menace : approcher rapidement votre main de l’œil (sans toucher les paupières, les cils ou les vibrisses), votre animal doit fermer les paupières. Attention, ce test n’est valable qu’après 6 semaines d’âge chez le chien et le chat et 2 semaines d’âge chez le cheval. Ce test peut aussi être altéré par le stress ou une paralysie des paupières.
Test de clignement à l’éblouissement : approcher une forte lumière de l’œil de votre animal et celui-ci doit fermer les paupières. Ce test peut être altéré par une paralysie des paupières.
Le parcours d’obstacle : aménager plusieurs « obstacles » dans un couloir (caisse en carton, chaise…). Faites tenir votre animal par une aide et placer vous à l’autre extrémité du couloir puis appelez votre animal. Celui-ci doit bien contourner tous les obstacles et ne pas se cogner. Ce test peut être réalisé en lumière ambiante et dans l’obscurité.
Test de la boule de coton chez le chien : agitez une petite boule de coton devant les yeux du chien en essayant d’attirer son attention. Ensuite, laissez-la tomber : le chien doit suivre la boule du regard. L’intérêt de la boule de coton est qu’elle est inodore et qu’elle ne fait pas de bruit quand elle tombe.
Test au pointer laser chez le chat : essayez d’attirer l’attention du chat en pointant le laser à proximité visuelle du chat et observez si celui-ci le suit des yeux.
Il faut parfois réaliser plusieurs tests afin d’évaluer la vision d’un animal. En cas de doute, il faut consulter un vétérinaire ophtalmologue qui pourra effectuer un examen de la rétine et du nerf optique. En cas de pathologie, des examens complémentaires comme l’échographie, le scanner ou l’électrorétinogramme peuvent être recommandés.

LES LED, PAS SI INOFFENSIVES QUE CA...

On sait que la rétine peut être endommagée par la lumière du soleil, mais on manque de données sur les lésions que la lumière artificielle peut lui porter. C’est notamment le cas concernant la lumière émise par les ampoules LED qui ont désormais remplacé les ampoules à incandescence. Pour combler ce déficit, une équipe Inserm* s'est intéressée à l'impact phototoxique des rayons émis par ces dispositifs.
Derrière la phototoxicité des ampoules LED, une coupable : la lumière bleue. "La lumière blanche, qu'elle soit naturelle ou artificielle, combine en réalité des rayons de différentes couleurs, chacune correspondant à une longueur d'onde spécifique" explique la chercheuse. Chaque source de lumière - LED, tubes à fluorescence ou ampoules fluocompactes - combine différentes couleurs dans des proportions variables. Et la potentielle toxicité de chacune d'entre elles sur la rétine dépend à la fois de l'intensité de la lumière et des longueurs d'onde qui la compose.
"Nos cellules possèdent des mécanismes de réparation qui permettent sans doute de corriger en partie les lésions induites par les LED. Mais nous avons un capital lumière, comme notre peau possède un capital soleil. On peut se demander si nos ampoules domestiques ne favorisent pas son épuisement précoce, et ainsi l'évolution vers la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). Par principe de précaution, ces données appellent à une prochaine génération d'ampoules domestiques, dans laquelle la proportion de lumière bleue serait réduite…
Source: A Krigel et coll. Light-Induced Retinal Damage Using Different Light Sources,Protocols and Rat Strains Reveals LED Phototoxicity. Neuroscience (2016), http://dx.doi.org/10.1016/j.neuroscience.2016.10.015

CATARACTE: UN COLLYRE POUR REMPLACER LA CHIRURGIE?

Une équipe de chercheurs chinois et américains ont découvert qu'un collyre à base de lanostérol, une substance produite naturellement par l'œil, fait régresser l'opacité du cristallin chez des chiens qui développent naturellement une cataracte. Ces résultats ouvrent la perspective d'une alternative à la chirurgie, actuellement le seul traitement disponible (source: journal Nature 523 607-611, 30 juillet 2015).

L'IMPLANT DE CICLOSPORINE, UNE ALTERNATIVE POUR LE TRAITEMENT DE LA KERATO-CONJONCTIVITE SECHE

La kérato-conjonctivite sèche (KCS) est pathologie oculaire fréquente chez le chien. Elle est caractérisée par une insuffisance de larmes qui entraîne une inflammation de la cornée et des conjonctives. La cause principale de cette pathologie chez le chien est auto-immune (le chien produit des anticorps contre ses glandes lacrymales).
Le traitement classique de la kérato-conjonctivite sèche est donc un immuno-modulateur (ciclosporine ou tacrolimus), qu'il faut appliquer localement tous les jours, voire 2x/jour, à vie. Malheureusement, certains chiens ne supportent pas l'application des onguents ou collyres, ce qui entraîne une aggravation de la pathologie.
Des chercheurs ont développés récemment des implants de ciclosporine qui peuvent placés facilement sous anesthésie générale. Leur durée d'action est de 18-24 mois. Les premiers résultats sont satisfaisants et ces implants constituent donc une alternative non-négligeable pour les chiens difficiles ou les maîtres trop occupés...

T'AS DE BELLES PUPILLES , TU SAIS ?

Curiosité scientifique : ce chat qui m'est présenté possèdent des pupilles en forme de losange et non pas en forme d'ellipse comme il est normal de le voir chez le chat ! C'est bilatéral et ce n'est pas lié à des adhérences vu que la pupille bouge normalement. Petite explication :
L'iris est le diaphragme de l’œil, il permet de moduler la quantité de lumière qui pénètre dans l’œil par l'ouverture ou la fermeture de la pupille en fonction de l'intensité lumineuse : quand il y a une grande quantité de lumière, la pupille se ferme et vice-versa. Cela se fait de manière involontaire grâce au système nerveux parasympathique (qui contrôle la fermeture de la pupille) et sympathique (qui contrôle la dilatation de la pupille). Chez le chien et les grands félidés (qui chassent de grandes proies), le muscle sphincter de l'iris est circulaire et la pupille est ronde. Chez le chat, les fibres s'entrecroisent et la pupille a une forme elliptique (qui peut se fermer jusqu'à devenir une étroite fente verticale). Cette forme pupillaire permettrait de mieux contrôler la quantité de lumière qui pénètre dans l’œil et d'obtenir une meilleure précision optique : on retrouve cette forme pupillaire chez les prédateurs qui ont besoin d'une vision fine pour la chasse (chat, renard, crocodile). On retrouve une forme intermédiaire (« rhomboïde ») chez certains félidés comme le Lynx.
Donc on pourrait dire que ce chat a vraiment un « œil de Lynx » !

TRAITEMENT D'UN ULCERE CORNEEN PROFOND PAR UNE GREFFE CONJONCTIVALE :

Ce chat m'a été présenté avec un très large ulcère cornéen profond ayant évolué très rapidement malgré un traitement médical. Vu le risque de perforation cornéenne, une greffe conjonctivale pédiculée est réalisée sous microscope opératoire et le traitement médical est poursuivi. Après 6 semaines, le pédicule de la greffe est sectionné, ce qui permet une régression de la cicatrice cornéenne.
Un ulcère cornéen se définit comme une érosion de la cornée. Les ulcères cornéens sont fréquents chez les animaux de compagnie. Les formes les plus graves peuvent évoluer vers la perforation cornéenne et doivent être traitées de façon micro-chirurgicale. La greffe conjonctivale pédiculée est une bonne technique face à un ulcère cornéen profond infecté car elle permet un apport vasculaire rapide sur le site. La principale conséquence est la persistance d'une cicatrice cornéenne.

Post-opératoire immédiat
 
Après 3 semaines

Après 6 semaines
INNOVATION EN OPHTALMOLOGIE VETERINAIRE : LES RGTA (ReGeneraTing Agents)

Les RGTA sont un substitut de matrice extracellulaire du stroma cornéen. Ce sont des biopolymères de structure proche des héparanes sulfates qui jouent un rôle important dans les processus de réparation de la cornée, ce sont donc des agents cicatrisants. Les RGTA constituent ainsi un nouveau traitement prometteur pour les traitement des ulcères chroniques de la cornée.
Disponible en France depuis avril 2012, le Clerapliq® est un RGTA vétérinaire qui peut être utilisé chez les chiens, chats, chevaux et NAC. La principale limite à son utilisation est son coût : +/- 45 euros pour 5 doses ! Il est donc utilisé essentiellement pour les cas réfractaires aux traitements classiques.

QUELQUES JOLIES PHOTOS DE RETINE...

CHIEN:



CHAT:



  

CHEVAL:



ATTENTION AUX EPILLETS!

Les épillets sont les épis secondaires des graminées sauvages, ils constituent un danger lorsqu'ils sont secs, c'est-à-dire de mai à septembre.
Les épillets ont tendance à migrer dans les orifices naturels des animaux et ne peuvent migrer que dans un seul sens, ils ont dès lors tendance à migrer en profondeur !
En ophtalmologie, on les retrouve surtout sous la membrane nictitante (ou « troisième paupière »). Souvent, les épillets ne sont donc pas visibles. L'animal présente alors un œil très douloureux (clignement puis gonflement des paupières, larmoiement intense) et se frotte la face pour essayer d'éliminer l'épillet.
Si l'épillet reste en place quelques heures, il peut provoquer un ulcère de la cornée voire migrer derrière le globe oculaire !
Pensez-y si votre chien présente un œil douloureux au retour d'une promenade dans les champs : n'attendez pas pour consulter !


MON CHIEN DOIT-IL PORTER DES LUNETTES ?

Les chiens ne souffrent pas vraiment d'anomalies de la réfraction (myopie, hypermétropie, astigmatisme) comme l'homme.
Par contre, les yeux des chiens peuvent être exposés au vent, à la poussière et surtout aux rayons UV. Le port de lunettes pourrait donc être recommandés pour les chiens qui accompagnent leur maître en vélo ou en moto side-car ainsi que pour les chiens vivant en montagne. A essayer !
http://shop.doggles.com/dog/eyewear/dgil-doggles_ils/

LES LENTILLES PANSEMENT EN OPHTALMOLOGIE VETERINIARE

Les lentilles pansements sont conçues pour protéger la cornée et favoriser une guérison rapide. Ce sont des lentilles souples, hydrophiles et sans pouvoir correcteur. Elles offrent une bonne perméabilité à l'oxygène et au gaz carbonique d'où une respiration correcte de l'épithélium cornéen.
Des lentilles à utilisation spécifiquement vétérinaire sont actuellement disponibles sur le marché, avec une gamme adaptée aux différents diamètres et courbures des cornées du chien, du chat et du cheval.
Grâce à cette protection physique, ces lentilles permettent une guérison plus rapide de la cornée lors d'ulcère ou de chirurgie de la cornée. La seule contre-indication est la sécheresse lacrymale.

LE SARD (Sudden Acquired Retinal Degeneration), UNE MALADIE MAL CONNUE...

Le syndrome de la rétine silencieuse ou Sudden Acquired Retinal Degeneration (SARD) est une pathologie de la rétine qui provoque une perte soudaine et totale de la vision chez le chien
Ceci est causée par une dégénérescence rapide des cellules de la rétine (cônes et bâtonnets). Initialement, le fond d’œil (examen de la rétine) apparaît tout à fait normal alors que le chien est aveugle ! Ce n'est que quelques semaines à quelques mois plus tard que l'on peut observer une atrophie rétinienne généralisée.
A l'heure actuelle, on ne sait pas pourquoi cette maladie se développe même si elle semble plus fréquente chez les chiens atteints par la maladie de Cushing (maladie hormonale).
Le diagnostic se fait par exclusion d'autres pathologies induisant une cécité (névrite optique, décollement rétinien, tumeur cérébrale,...) et par la réalisation d'un électrorétinogramme.
Des études récentes ont démontré l'existence de réflexes photo-moteurs (fermeture de la pupille lors de l'exposition à la lumière) chromatiques qui permettent de différencier une atteinte rétinienne d'une atteinte du nerf optique. Ceci est particulièrement intéressant dans le diagnostic du SARD. Ces réflexes peuvent être explorés grâce à un appareil spécifique : le Melan-100.
Le SARD est une maladie irréversible et il n'existe malheureusement pas de traitement efficace à l'heure actuelle.


DETECTION D'ENCEPHALITOZOON CUNICULI CHEZ LE CHAT

Une étude réalisée sur 80 chats en Autriche (Benz & Al, 2010) a démontré la présence du parasite Encephalitozoon cuniculi (E.Cuniculi) chez tous les chats présentant une cataracte et/ou une uvéite !
Ce parasite du lapin pourrait donc être à l'origine d'uvéite antérieure et de cataracte chez le chat et doit être recherché en cas de non-réponse au traitement classique de l'uvéite.

LE CROSS-LINKING DU COLLAGENE: UNE TECHNIQUE PROMETTEUSE!

Une innovation dans le traitement de certaines pathologies cornéennes (kératopathie bulleuse, kératocône) : le cross-linking du collagène cornéen. C'est une technique très simple mais qui nécessite un matériel coûteux !
Cette technique consiste à appliquer un collyre à base de riboflavine sur la cornée. La cornée est ensuite irradiée pendant quelques minutes par des UVA. Cela provoque une réticulation du collagène qui va renforcer le stroma cornéen.
C'est une technique très prometteuse déjà utilisée en médecine humaine avec de très bons résultats. A suivre...






 
     
© 2018 Cloé Lengellé